Sierpont : le projet doit être adapté pour en faire un réel éco-quartier

A Sierpont , le projet de nouveau quartier (dit « éco-quartier » ou « quartier durable » selon la majorité) a fait beaucoup de bruit. Nous reconnaissons le besoin de nouveau logement à Gesves, notamment en logements publics pour les gesvois en situation financière délicate. Cependant, le projet actuel ne présente absolument pas les garanties de durabilité minimum.

Quartier de Sierpont

 

 

 

Rappelons que selon le projet actuel, il s’agit de construire 40 nouveaux logements sur un terrain à bâtir (actuellement en pâturage) à la sortie de Gesves en allant vers Ohey.

Nous comprenons les inquiétudes des riverains car ce projet entraîne un changement de paysage et des déplacements pour les futurs nouveaux habitants. Il faut cependant rappeler que cette zone est située en zone à bâtir et qu’il est préférable de fixer des critères pour encadrer les futures constructions plutôt que de laisser faire n’importe quoi. En effet, face aux besoins et à la demande de logement en Wallonie et sur notre commune, notamment suite à l’évolution de la composition familiale, le développement de l’habitat est inéluctable. En tant qu’écologiste, nous préconisons un habitat répondant aux enjeux énergétiques et permettant les liens sociaux. Un éco-quartier bien pensé répond à ces enjeux. Nous sommes favorable à la création d’un éco-quartier bien situé et piloté par la commune pour fixer des conditions de développement et donner de la cohérence au projet.

Selon nous, l’actuel projet de Sierpont répond à peine au critère minimaux d’un éco-quartier et constitue un mauvais compromis :

  • La densité prévue du quartier est faible : fourchette basse de ce qui est requis pour cette localisation en aire villageoise. Le projet n’utilise pas au mieux le sol et représente un gaspillage de surface à bâtir.
  • La mobilité locale ancrée dans l’ensemble du quartier n’est pas suffisamment prise en considération. Ce quartier est situé à une relative proximité des commerces et du centre du village. Le projet doit absolument inclure un plan de déplacements doux et favoriser la mobilité partagée entre habitants afin de limiter les besoins en voiture des nouveaux habitants. Il est évident que les déplacements en voiture deviendront de plus en plus onéreux dans le futur, sans parler des nuisances sonores, de la pollution et des dangers liés au traffic. Il est impératif d’en tenir compte dès le début dans le cadre de ce nouveau quartier.
  • Certaines habitations du nouveau quartier seront très proches de la ligne à haute-tension, même si les dispositions sont respectées. L’enfouissement de cette ligne n’est actuellement pas prévu. Dans le cadre de la problématique des champs électromagnétiques, pour un quartier qui se veut durable, le principe de précaution devrait être appliqué et une distance de 30m devrait être respectée.

Par ailleurs, le financement pour la réalisation du projet n’est pas clair.

De manière générale, ECOLO défend la densification des centres d’activité existants, plutôt que les extensions tentaculaires du village. Cela diminue les besoins de mobilité et favorise les contacts, pour un village vivant plutôt qu’un dortoir impersonnel. Le quartier de Sierpont est en bordure du village mais non loin du centre. Toutefois, le projet actuel ne donne pas une garantie de durabilité suffisante.

Par ailleurs, la commune de Gesves doit poursuivre ses efforts en terme de nombre de logements publics (sociaux et à loyers modérés), de manière à permettre à nos jeunes ou aux personnes de la commune temporairement en difficulté financière de rester vivre dans leur village. Rappelons que nous sommes actuellement à moins de 3% de logements publics alors que l’objectif donné par la région pour les communes est de 10%. Le quartier de Sierpont représente donc une opportunité pour augmenter ce nombre de logements publics (à condition de ne pas dépasser une certaine limite et favoriser la mixité sociale et intergénérationnelle).

En conclusion, pour avoir notre soutien, ce projet devra être revu pour tenir compte des différentes remarques formulées ci-dessus.

ECOLO Gesves s’oppose au déménagement des ateliers communaux au garage Havelange

Un projet qui marche sur la tête !

A l’occasion du vote du budget communal ce 21 décembre 2011, la majorité communale de Gesves lève un coin du voile sur le projet combiné de déménagement des ateliers communaux et création de logements communaux. La position d’ECOLO Gesves sur ce projet est très claire : ce projet est un non-sens en matière de mobilité et d’aménagement du territoire, tant du point de vue écologique que social

Le projet communal

Le projet communal prévoit d’acquérir le garage Havelange (chaussée de Gramptinne au centre de Gesves) et d’y installer les ateliers communaux (services techniques, machines, stock, etc.), actuellement localisés au ry des fonds. En parallèle, les ateliers existants seraient remplacés par une dizaine de logements sociaux. Ecolo reproche à ce projet son manque de vision tant en matière d’aménagement du territoire que de mobilité. En effet, le centre commercial et administratif de Gesves est déjà actuellement déstructuré. Il est quasi impossible de se rendre dans les commerces à pied du fait de l’absence de trottoir et des aménagements insuffisants de la chaussée de Gramptinne (absence de passage pour piétons et d’aménagement spécifique pour la zone 30, amenant à constater une vitesse souvent excessive dans ce lieu fréquenté par les piétons et les enfants).

Pour Ecolo, déménager les ateliers communaux à cet endroit, avec un trafic accru de camions, tracteurs et autres machines augmenterait le risque d’incident sur la chaussée, dégraderait l’image du centre de notre village et compromettrait des aménagements futurs visant à améliorer sa convivialité. En outre, construire 10 logements dans un lieu décentré (ry des fonds) alors que dans le même temps la commune achète un bâtiment à deux pas des commerces et des transports en commun ne nous semble pas un choix judicieux. En effet, les habitants de ces logements décentrés seraient vraisemblablement dépendants d’une voiture pour quelque déplacement que ce soit. Enfin, dans sa convention d’achat, la commune semble totalement ignorer le risque important de pollution des sols lié à l’exploitation du garage et de la station essence et propose l’assainissement à ses frais. Pour Ecolo, cette attitude est difficilement conciliable avec une gestion en bon père de famille de la gestion et des finances communales.

L'ancien garage Havelange

L’alternative proposée par ECOLO

ECOLO propose que les ateliers communaux soient maintenus à leur emplacement actuel et que la commune installe sur le site du garage Havalange les 10 logements prévus en favorisant une mixité sociale. Créer de l’habitat à proximité immédiate du centre, des commerces, des écoles et des transports en commun est conforme à la volonté de développer les noyaux d’habitat. La convivialité du centre s’en trouverait accrue et permettrait aux habitants de poser un choix par rapport à l’usage de la voiture. Ce projet présente également l’avantage de favoriser le commerce de proximité, garant d’une commune accueillante et agréable à vivre.