Gesves – Venez au Conseil Communal de ce 7 juin 2018


Ce jeudi 07 juin 2018: Conseil Communal à Gesves. Vous pouvez consulter l’ordre du jour en cliquant sur ce le lien.

A moins de six mois des élections, nous ne pouvons qu’insister pour que vous assistiez à un Conseil Communal. La démocratie passe par la publicité des débats de nos élus communaux!

Invitation à toutes et tous à la maison communale (112 chaussée de Gramptinne à Gesves) à 19h30 !

Dans l’ordre du jour, nous pouvons épingler:

  •  le projet de construction de 10 nouvelles habitations à Sorée (site du couvent)

Ordre du jour du conseil communal de Gesves du 07  jeuin 2018

Gesves a un besoin urgent d’une politique de sécurité routière!

La sécurité routière est un enjeu important pour les Gesvoises et les Gesvois.
Et pourtant, notre commune est bien peu dynamique sur ce thème.
Gesves n’est pourtant pas démunie! Avec sa Commission Consultative Communale d’Aménagement du Territoire et de la Mobilité (CCATM), la commune doit pouvoir anticiper les problèmes de mobilité sur son territoire.  Réjouissons-nous également de l’existence de la Commission Sécurité Routière (CSR). Composée de citoyens, d’un représentant de la police locale et de mandataires politiques, cette commission est censée orienter les décisions du Collège communal.
Actuellement, la CSR ne fonctionne pas bien. Elle mériterait une meilleure prise en considération par la majorité. Au-delà de ces deux outils, la commune devrait disposer d’un plan stratégique pour la Sécurité Routière.
Voici quelques pistes qu’Ecolo défend :

  1. Réaliser un cadastre annuel des zones à risque sur notre territoire ;
  2. Définir des actions prioritaires en faveur des déplacements à pied, à vélo, en transports en commun et privés ;
  3. Adapter la politique de mobilité aux plus jeunes. Par exemple, en rendant possible l’accès aux écoles à vélo et à pied ;
  4. Élever le niveau de contrôle exercé par la police ;
  5. Rendre la commune exemplaire dans ses pratiques.

Ces éléments de politique de sécurité routière sont fondés ! Ils sont notamment repris dans une charte qui se
nomme “Save” et qui est promue par l’ASBL Pevr.

Plus d’informations sur http://save.pevr.be/.

!Article issu de notre Verts de Contact – parution mai 2018!

Communiqué de Presse:
La majorité communale de Gesves (Groupe GEM) tente de faire passer en force un projet pour l’avenir du Foyer Saint-Antoine.

Le Foyer Saint-Antoine, la Maison de Repos communale située à Mozet, est chaque année en déficit. Un déficit insoutenable à long terme pour les finances communales. Depuis le début de la législature, le groupe ECOLO de Gesves demande donc à ce que ce dossier soit discuté. En vain ! Et voilà qu’à 6 mois des élections, la majorité (GEM) s’intéresse soudain à ce dossier et tente de faire passer en force un projet engageant l’avenir du Foyer Saint-Antoine.

Le locale ECOLO de Gesves dénonce le timing et la méthode employée par le Président du Cpas, Monsieur Bernard (GEM), pour imposer un projet non abouti, non finançable et non négocié avec l’ensemble des familles politiques présentes sur le territoire gesvois.

Par l’entremise de Michèle Visart, Conseillère Cpas (et tête de liste aux prochaines élections communales), la locale ECOLO demande qu’un groupe de travail pluraliste soit rapidement mis en place autour de l’avenir du Foyer Saint-Antoine et ainsi assurer à cette Maison de Repos communale un futur durable et en adéquation avec les besoins de nos aînés.

Michèle Visart
Conseillère CPAS  – miv@gesvesecolo.be

Cécile Barbeaux
Cheffe de Groupe au Conseil Communal – ceb@gesvesecolo.be

Notre périodique “Verts de contact” bientôt dans vos boîtes aux lettres… Mobilité, santé, sécurité

La mobilité, c’est bien connu, est un facteur d’émancipation. Elle permet en effet aux adultes de travailler et d’avoir une vie sociale, aux jeunes d’aller à l’école, d’avoir des activités loin de chez eux et à nous, tous, d’élargir nos connaissances et notre vision du monde.

Égalité et santé

Alors que la population gesvoise croît sans cesse, elle ne jouit que d’un service minimum de transport en
commun. Certes, une solidarité s’est progressivement installée, qui pallie ce manque, mais elle est encore trop peu structurée. Résultat, la voiture s’est emparée en nombre et sans partage de nos routes, menaçant notre santé et notre environnement. Une mobilité réfléchie et un aménagement intelligent du réseau s’imposent donc afin d’encourager une mobilité propre et de partager équitablement l’usage de nos routes entre navetteurs, agriculteurs et habitants (jeunes et moins jeunes), à quatre et à deux roues et aussi … à pied ! Des solutions existent telles que la mise en place de pool de voitures partagées, le co-voiturage, taxi-stop, etc.

Sécurité

En plus d’être un enjeu majeur de ce début de XXIè siècle lié à son impact sur l’environnement et le réchauffement climatique à l’échelle globale, la multiplication des voitures sur nos routes – lesquelles traversent de plus en plus de zones habitées – menace la sécurité des habitants et de leurs enfants. Il est en effet devenu dangereux de jouer à proximité de la voirie ; dangereux de rejoindre le centre de nos villages à pied ou à vélo pour y faire des courses. Or, pour ça aussi, il existe des solutions : création de trottoirs, parcours réservés aux piétons et aux vélos, réaménagement des sentiers! Enfin, notre commune dispose de deux outils sur son territoire pour penser notre mobilité : la Commission
consultative communale d’aménagement du territoire et de la mobilité (CCATM) et la Commission sécurité routière. Ces deux outils sont actuellement sous-employés et il est urgent de les utiliser de manière complémentaire pour penser la mobilité et la sécurité d’aujourd’hui et de demain.
En matière de sécurité routière, la locale ECOLO propose des mesures constructives. Notre édition du “Verts de Contact” de ce mois de mai 2018 leur est consacrée. Scrutez votre boîte aux lettres aux alentours du 22… 😉

 

 

Comment voter si je n’ai pas la nationalité belge?

Vous vivez ici, mais vous n’avez pas la nationalité belge? vous pensez que la commune peut être plus humaine, plus juste et plus saine? Faites entendre votre voix lors des élections locales du 14 octobre 2018!

Vous respirez le même air que vos voisins. Vos enfants fréquentent les mêmes écoles et roulent à vélo dans les mêmes rues. Il est logique que vous puissiez également décider de l’avenir de la commune.

Qui peut voter ?

Vous n’êtes pas Belge mais vous êtes ressortissant-e de l’Union européenne?
Vous pouvez voter si vous habitez officiellement en Belgique et si vous avez au moins 18 ans. Téléchargez ici le formulaire UE (2 pages) à remplir et déposer à la commune contre accusé de réception.

Vous n’êtes pas ressortissant-e de l’Union européenne?
Vous pouvez voter si vous habitez officiellement en Belgique, depuis au moins cinq ans sans interruption, et que vous avez au moins 18 ans. Téléchargez ici le formulaire NON-UE (2 pages) à remplir et déposer à la commune contre accusé de réception.

Comment s’inscrire ?

Vous devez vous inscrire auprès de votre commune à l’avance. Cela doit être fait pour le 31 juillet au plus tard. Mieux vaut le faire aujourd’hui que demain !

Vous pouvez vous procurer le formulaire d’inscription auprès de la commune ou le télécharger sur ce site (voir plus haut), le remplir et le faire enregistrer à la commune.

La commune vous fera savoir si votre inscription a été approuvée et que vous avez alors obtenu le droit de vote pour les élections communales. Sachez que le vote est obligatoire en Belgique. Concrètement, cela veut dire que dès que vous serez inscrit-e en tant qu’électrice ou électeur, vous serez obligé-e d’aller voter aux élections locales du 14 octobre, comme l’ensemble des Belges de plus de 18 ans.